homesick

how to become a ghost

Les maisons traditionnelles japonaises portent l’empreinte des aïeux qui y ont séjournés. Les autels dédiés aux rites funéraires y occupent toujours la partie centrale. Dans ces lieux d’habitation, fantômes et esprits de défunts cohabitent avec les vivants.

Pour cette série de dix autoportraits, mon désir a été de me plonger dans l’invisible et d’épouser les codes esthétiques des fantômes au Japon avec une attention toute particulière pour les femmes fantômes qui représentent avant tout la peur de l’autre sexe. Victimes d’une société patriarcale, leurs vengeances après la mort semblent une tentative de justice, possible uniquement dans l’au-delà.